02/01/2012

La gestion de l'information fait defaut au Service Général du Renseignement et de la Sécurité en Belgique

Knowledge management

Le Service Général du Renseignement et de la Sécurité (SGRS) a un urgent besoin d'une approche plus professionnelle. C'est le message d'un audit du comité qui contrôle les services de renseignement qui a été mené durant 6 mois écrit lundi le journal De Standaard.


Le logo des espions de l'armée belge

Le rapport montre notamment que le SGRS a du mal à traiter le flux d'informations. Au SGRS ont voit large et grand, plutôt que de cibler l'information. Et evidemment les départements qui récoltent et ceux qui analysent les données ne collaborent collaborer pas. C'est d'un classique de nos jours dans tout les entreprises national.

Les travailleurs dépendent fortement de l'informatique et il faut également se pencher sur ce point, d'après le Comité. Ont suppose la aussi qu'ont travaille comme a l'age de la pierre, comme j'ai pu le constater a la police Federal Belge en 2012.
Le service informatique du service de renseignement laisse à désirer. Vu que les données ne peuvent être stockées et recherchées d'une manière appropriée, le risque c'est que a présent que le SGRS manque des données pertinentes" pointe le rapport. "D'un autre côté, il peut arriver que le service de renseignement reçoive et stocke des données pertinentes mais que le personnel ne peut les retrouver suffisamment vite".

Le SGRS doit également passer à la vitesse supérieure dans le domaine de la gestion du personnel, suggère l'audit. Les nouveaux collaborateurs doivent être mieux informés de ce qu'on attend d'eux et doivent recevoir une meilleure formation.

 Bon il me reste que a proposé mes services ca sera un jolie contrat pour 2012.
 Vous aurez compris que y a pas que a l'armée qu'ont travaille comme des touristes. C'est encore plus pire a la Police Fédéral Belge, la c'est l'amateurisme qui joue plein pot je l'ai constaté, mais bon je peux pas vous en dire plus pour raison de confidentialité