14/03/2016

Consultant

Rémunération 


Ceux qui critiquent les rémunérations octroyées aux dirigeants déplorent depuis longtemps le rôle joué par les consultants en rémunération – des professionnels payés pour aider à établir le juste salaire des PDG (souvent par étude comparative des concurrents du secteur) – ainsi que les divers autres composants des packages de rémunération (bonus, actions, avantages en nature). Selon certains, ces consultants auraient une bonne raison de gonfler leurs émoluments : plaire aux PDG qui achètent leurs services et aux dirigeants qui pourraient les retenir pour des missions plus lucratives. Pour plus de transparence sur ce sujet, la Securities and Exchange Commission américaine (SEC) a demandé aux entreprises, dès 2006, d’identifier tout consultant sollicité pour aider à déterminer les rémunérations.

Mais les consultants poussent-ils vraiment les entreprises à payer plus les PDG ?


Pour répondre à cette question, des chercheurs ont utilisé les données de la SEC pour comparer les pratiques de rémunération des entreprises qui ont recours à des consultants à celles des entreprises qui ne le font pas. Après avoir contrôlé des variables telles que la taille de l’entreprise, le secteur ou la date de nomination du PDG (récente ou non), ils ont découvert que, de 2006 à 2011, les firmes faisant appel à des consultants versaient un supplément de salaire variant de 18 à 51 %, et que ce montant augmentait en général au fil du temps. Ces entreprises offraient aussi davantage d’actions.
Mais cette corrélation ne signifie pas que les consultants poussent les firmes à payer plus. Aussi les chercheurs se sont penchés sur la façon dont les pratiques de rémunération avaient changé dans les
sociétés ayant commencé ou arrêté de faire appel à des consultants sur la période étudiée. Le résultat est surprenant : les niveaux de rémunération ne changeaient pas beaucoup quand les consultants entraient  en scène ou en sortaient.

Dès lors, comment expliquer la corrélation ? « L'étude est la première à montrer, affirment les chercheurs, que le lien entre le recours à des consultants et la rémunération des PDG est nourri par les entreprises qui paient bien et font appel à des consultants, plutôt que les consultants ne poussent à des augmentations de rémunération. »