06/04/2016

Veille


En 2011, une CCI confiait à l’agence Bakasable le développement de cartes afin de tirer profit de la richesse de sa veille. Elle ajoute aujourd’hui un mode rapport, plus facilement exploitable par tout un chacun.


La cartographie est un précieux allié pour Jean-Philippe Vacheron. Il accompagne des projets d’entreprises qui s’inscrivent dans la 3e révolution industrielle, une initiative conjointe de la CCI région Nord de France et du conseil régional lancée en 2012 avec l’appui de l’économiste Jeremy Rifkin. Le conseiller à la CCI navigue parmi des corpus de plusieurs milliers de documents, comme celui lié au stockage de l’énergie, afin d’identifier les tendances, detecter les évolutions technologique, suivre le positionnement des acteurs.
« Notre plateforme cartographique Imaveille alimente des réflexions et notes stratégiques », dit-il. Il peut ensuite effectuer des zooms et produire des états de l’art, comptes-rendus plus factuels, rédigés à partir d’un nombre de sources restreint.

Cela fait quatre ans que la CCI travaille avec l’agence de design interactif Bakasable, dont le logiciel Bakamap vient coiffer son dispositif de veille. Ce dernier s’appuie sur le logiciel d’Altercept pour capturer de l’information sur le web et sur le moteur d’analyse sémantique Tropes. « J’ai privilégié des petits éditeurs, plus accessibles et plus à l’écoute de nos besoins », argumente Jean Dufour, conseiller veille et intelligence économique à la CCI région Nord de France. L’identification des sources et la constitution de dictionnaires nécessitent à chaque fois un long travail préparatoire. Pour les matériaux, l’un des six grands domaines suivis, mille sources ont été recensées et le réseau sémantique, dont la constitution s’est étirée sur six mois, est structuré autours de 300 concepts auxquels sont attachés des synonymes, des variantes orthographiques, des expressions, des formules, des propriétés... Pour exploiter une telle richesse, la cartographie s’est imposée comme une évidence. « Plus que jamais, l’enjeu est de fournir des informations analysées et non brutes », répète Jean Dufour. Une première expérience a été menée avec le logiciel Gephi, mais celui-ci était d’un maniement délicat. En outre, le conseiller veille souhaitait rendre les graphes dynamiques en introduisant une dimension temporelle de façon à apprécier l’évolution de la popularité des concepts, distinguer les émergeants, ceux qui sont en perte de vitesse et ceux qui sont de plus ou moins régulièrement associés. La CCI fut d’ailleurs le premier client de l’agence nantaise, dont le logiciel Bakamap a depuis été adopté par de grands comptes comme Banque Populaire, L’Oréal, Sanofi ou Total.

En dépit de sa simplicité, la plateforme Imaveille ne peut être mise entre toutes les mains. La richesse d’informations qu’elle renferme déstabilise les utilisateurs qui ne sont pas des professionnels de la gestion de l’information. Pour ses clients PME et ETI, la CCI a fait développer un tableau de bord par Bakasable. Il comprend quelques modes de représentation prédéfinis : une courbe de l’évolution de la popularité des concepts, une mappemonde pour plaquer les résultats sur une carte, un mode Tree- map... L’utilisateur peut resserrer la recherche jusqu’à pointer vers les quelques documents les plus pertinents. Jamais à court d’idées, Jean Dufour imagine désormais enregistrer les évolutions des cartes dans des petites animations qu’il prévoit d’inclure dans les rapports. La cartographie n’a pas encore livré tout son potentiel.