17/12/2011

Gartner publie un rapport sur la gestion de l’information comme avantage compétitif.

 A l’ère de l’information pendant la période des années 90 qui désigne des changements économiques et sociétaux retentissants où l’exploitation de la technologie est à la source du profit. Nous sommes dans la deuxième partie/étape de cette ère. Historiquement les géants de l'informatique se formaient grâce à l’installation des nouvelles technologies, c’est le cas d’IBM et Microsoft par exemple.
 Désormais, la démocratisation de la technologie est telle que la rentabilité d’une entreprise passe par l’exploitation judicieuse des technologies déjà installées  et des données qu’elles généraient, à l’image de Google. Facebook a également su convertir l’exploitation de nouveaux types d’informations en mécanique commerciale d'apres le rapport

Pour la décennie à venir, 4 types d’informations seront au cœur des stratégies des entreprises :
 - La localisation : qui permettra l’optimisation des ressources au sein des entreprises
 - Le développement durable : sera à l’origine de l’adaptation des organisations aux réalités environnementales
 - ADN : son impact sur l’agriculture et sur la médecine aura des conséquences sur les marchés de l’assurance et de divers autres secteurs.
 - Analyse sociale : l’analyse de rendement via la structure et la composition des entreprises sera au cœur des réflexions de l’intelligence stratégique.

 Par ailleurs, des progrès sur les thématiques identitaires (reconnaissance d’image entre autres) et sur la connaissance humaine (cognitive et émotionnelle) seront progressivement valorisés au sein les entreprises.

La gestion de l'information dans l'entreprise d'aujourd'hui

Ont peut aussi lire dans le rapport que dans les entreprises 61% des salariés ont peur des sanctions. L’une des craintes principales est en effet d’y consacrer trop de temps et d’en être pénalisé. De surcroît, le salarié considérant son savoir comme un capital personnel voit une moultitude d’autres risques au partage d’informations dans l'organisation de sont entreprise.
Une ” zone grise “  qui freine ses ardeurs, alors que la compétition se durcit dans et hors l’entreprise : - 59% des sondés redoutent le plagiat
- 37% un effet boomerang
- 141% une perte de valeur sur le marché interne.